| Vincenzo Palermo

Compositeur




Vincenzo Palermo, compositeur italien majeur a été joué dans les salles italiennes et étrangères les plus prestigieuses.
Sa production musicale absolument unique, qui ne renie pas les empreintes du passé, est d’emblée imprégnée par les sentiments issus du romantisme tardif, encadré par une structure claire, parfois minimaliste, mais son style est délicieux dans sa sophistication et résolument moderne.

| En bref

● 1991 : fait ses débuts comme chef d’orchestre à l’occasion du Concerto pour Cordes n.1
● 1992 : à 24 ans, compose son Concerto pour piano et orchestre pour orchestre symphonique au Théâtre San Carlo de Naples
● 1999 : participe sur invitation de l’Université Internationale de Floride à des concerts, conférences et meetings sur la musique contemporaine à Miami aux Etats-Unis
● Vient d’achever récemment son deuxième concerto pour piano qui est présenté en Première Exécution Mondiale par Clavis Production

| Ses références

● Sa musique a été dirigée par des chefs comme Carlos Piantini, Nicola Hansalick Samale, Giorgio Proietti
● Ses œuvres ont été exécutées dans des salles telles que l’International Center For The Arts de New York, la Florida International University de Miami, l’Auditorium “Walter Hall” de l’Université de Toronto
● Son catalogue compte plus de 75 œuvres
● Ses oeuvres ont été enregistrées sur CD pour les labels BMG RICORDI, Pentaphon, Sterling en tant que pianiste et compositeur. Ses compositions ont été publiées par les maisons d’édition : B.& W. Italia, Berbén, Pentaphon, Preludio Music et Sonzogno

| Sa biographie

Vincenzo Palermo, compositeur, pianiste, chef d’orchestre, est né à Naples en 1967 où il a suivit toutes ses études au Conservatoire “S. Pietro a Majella”.

Sa musique pour piano, groupes instrumentaux, orchestre et théâtre a été exécutée dans les principales saisons de concerts avec programmation en musique contemporaine en Italie :
Au Théâtre San Carlo de Naples, “Pomeriggi Musicali” de Milan, Lingotto de Turin (Salon de la Musique), Théâtre Valle de Rome, Théâtre La Pergola de Florence, Théâtre Vittorio Emanuele de Messine, Théâtre Rendano de Cosenza, Théâtre Politeama de Palermo (Théâtre Massimo), “Teatrino di Corte” de S an Carlo de Naples, Théâtre Savio de Messine (Accadémie Philharmonique), Théâtre Bellini de Naples, Théâtre Biondo de Palerme, “Teatro di Porta Romana” de Milan, Auditorium de la RAI de Naples, “Filarmonica Laudamo” de Messine, Festival “Spazio Musica” de Cagliari, “Festival delle Città” de Portogruaro, Siracuse (Festival International de Guitare), Ravello Festival, “Il Coretto” à Bari, Festival “Emilia Romagna” de Forlì, Théâtre Lelio de Palerme, Trento, “Teatro del Fuoco” de Foggia, Théâtre Lyrique « G.Verdi » de Salerne, Auditorium “Mario Pagano” à Campobasso, l’Aquila, Théâtre Communal d’Asolo, Taranto, Auditorium Borsellino de Palerme, “Mostra D’Oltremare” de Naples, “Aula Magna dell’Università” de Reggio Calabre, “Aula Magna dell’Università” de Cassino, Caltanissetta, Isernia, Avellino, Alcamo, Auditorium “A. Scarlatti” du Conservatoire de Naples, “Villa Pignatelli” de Naples, etc.

Et à l’étranger:

Aux Etats-Unis: International Center For The Arts de New York, Florida International University de Miami, Philadelphia; au Canada: Auditorium “Walter Hall” de l’Université de Toronto, Manitoba, Montreal; en Angleterre: Manchester, Nottingham, Preston; en France: Gérardmer; en Espagne: Salle Falla du Conservatoire Supérieur de Musique de Malaga Chili: Santiago, Valparaiso, Colombia, Viña del Mar; en Argentine: San Francisco, Mendoza, Cordoba.

Etant lui-même pianiste, il a accordé toute son attention à la composition pour piano dans ses premières oeuvres. En 1991, il fait ses débuts comme chef d’orchestre à l’occasion du Concerto pour Cordes n.1.

En 1992, il fait ses débuts à 24 ans comme auteur de musique pour orchestre symphonique au Théâtre San Carlo de Naples avec son Concerto pour piano et orchestre, qu’il interprête également au clavier, d’où son style émerge et défini par la critique comme “projetté vers une euphonie claire et persuasive, en même temps immergé dans une structure définie par une extrême cohérence et une simplicité de motifs au bénéfice de toute une construction formelle unifiée.” L’année suivante, il achève la composition du Concerto pour Violon et Orchestre. La Suite Frigia pour piano et orchestre à cordes et la Canzonetta n°2 pour violon, violoncelle et cordes est sorti sur CD pour le label Pentaphon.

En 1994, il remporte le Concours de Composition “Darius Milhaud” organisé par le “Pomeriggi Musicali” de Milan dans lequel une oeuvre pour orchestre lui a été commandé pour faire partie de la programmation musicale de la Saison de Concerts “Autunno ’94”. A cette occasion a été présenté la Fantasia Boreale pour Piano et Orchestre, interprêtée au clavier par le Compositeur lui-même pour la première Exécution Mondiale à la Salle Puccini du Conservatoire “G. Verdi” de Milan. De plus, il compose le Trio pour Piano, Violon et Violoncelle et le Divertimento pour ensemble de flûtes, enregistré sur CD pour le label Ediclass.

En 1995, il compose l’Ouverture Antique Rites pour orchestre et remporte un prix pour la Composition “Terenzio Gargiulo”. A la suite de ce prix, sa musique est exécutée l’année suivante à l’Auditorium du Conservatoire de Naples à l’occasion des célébrations du bicentenaire de la naissance de Donizetti. Il écrit également l’oratorio sacré I Canti della Pace, sur quatre poésies de Giovanni Battista Bilo pour ténor, baryton, choeur de femmes et orchestre, exécuté à Naples dans le cadre de la manifestation “Musica Sacra dei Nostri Giorni”.

En 1996, il achève d’écrire la pièce Tunes to Stars pour orchestre de chambre ainsi que le drame Raimondo De Sangro, Opéra Lyrique en trois actes basé sur l’illustration du Prince de San Severo et sur un texte de Giovanni Battista Bilo. Le Prix Spécial lui est assigné pour la Composition “Sebetia-Ter”.

Suivent les Variazioni Napolitane pour orchestre, sur commande du Théâtre San Carlo de Naples et les pièces pour musique de chambre Pink Song, Seagull Tale, La cantata dei naufraghi.

En 1997, il présente le poème symphonique Ethereal Flames composé de plusieurs oeuvres de musique de chambre parmi lequelles The Sacred Tree, Brown Textures et Overdrive. La pièce pour harpe et piano A Song Of Liberty est enregistrée sur CD pour BMG Ricordi, avec l’interprétation de la première harpe solo de la Scala, Luisa Prandina.

En 1998, la Sonate pour Alto est exécutée à Portogruaro dans le cadre du “Festival delle Città” par l’altiste Piero Masse. La Sonate pour Clarinette est exécutée en tournée aux Etats-Unis et au Canada. La Sonate n.2 pour piano est exécutée en tournée par le pianiste Carlo Bernava en Amérique Latine et en première exécution italienne au “Filarmonica Laudamo” de Messine où il est interprété la pièce Bright Cyan Textures par Mario Ancillotti et Lucia Cléments. Il termine le Concerto pour Cordes n.2 pour être exécuté en Première à Palerme.

En 1999, sur invitation de l’Université Internationale de Floride se sont tenus des concerts, conférences et meeeting sur la musique contemporaine à Miami aux Etats-Unis. L’Orchestre Symphonique FIU éxécute son Concerto pour cordes n.2 et la Fantasia Boreale pour piano et orchestre qui voit le Compositeur en qualité d’interprète soliste. Il compose également la cantate Ultime parole di Eleonora. En 2000, il termine l’Opera Lirique Sibilla, pièce en un seul acte.

En 2001, il écrit la musique de la pièce de théâtre Orfeo, Euridice sur un texte de Rocco Familiari, qui a été représentée au “Teatro Valle” de Rome et successivement au “Teatro La Pergola” de Florence, “Il Rendano” de Cosenza, “Il Lirico” de Messine. Il compose la pièce Indigo Textures pour le Festival International de guitare de Syracuse. Sur l’invitation de l’Université de Cassino, il tient des conférences sur les dernières tendances de la musique contemporaine à la Grande “Salle Pacis”. En outre, la pièce In the early morphing, sur un thème de Cimarosa à l’occasion des célébrations en l’honneur de ce compositeur, est exécutée en première au Festival “Emilia Romagna” par l’Ensemble Alaria de New York.

En 2002, il compose la cantate sacrée Luce Christi pour soprano, mezzo soprano et orchestre à cordes en Première Exécution au “Palazzo dei Vescovi” d’Avellino.

En 2003, il présente l’oeuvre Le quattrocento e più porte, sur un texte de Sigfrido Hobel, pour voix récitante et ensemble, en Première Exécution au Théâtre Lyrique G. Verdi de Salerne. De plus, il achève la musique de scène de la pièce Caro Eduardo, de Nicola Fiore, en tournée italienne à la Salle Umberto du Théâtre de Rome.

En 2004, sur commande du Festival Ravello, il compose la Suite Triplo Sogno pour Ensemble de percussions.

En 2005, est présenté en Première Exécution à Naples à la Basilique de San Domenico Maggiore, le Corali dei lunghi percorsi pour voix récitante, choeur et ensemble. Son Quartetto per archi n.3 voit la lumière cette même année.

En 2006, il achève le livre d’Etudes pour piano solo Gli studi dei continuo.

En 2007, sur commande du Festival “Magna Grecia” et de la Province de Crotone, il compose l’Opéra I canti delle pietre. De plus, il compose la pièce Linea diversa pour quatuor de harpes.

En 2008, il compose la musique de scène de la pièce Davide e il Lupo de Francesco Marino.

En 2009, il présente au Théâtre Rendano le Preludio Aureo pour orchestre, dirigé par Donato Sivo.

En 2011, sur commande du Théâtre Rendano, à l’occasion des célébrations de l’anniversaire de Nino Rota, il élabore une série de révisions, de ré-orchestrations et arrangements ad hoc sur sa musique de film pour l’orchestre Symphonique du Théâtre Rendano.

En 2012, il compose la pièce L’arpa di Ermete sur commande du Concours International de harpe “M. Tourniér”, par lequel il est engagé pour la composition de la pièce imposée dans la catégorie prédominante. Cette pièce est exécutée par le harpiste Raul Moretti en Première Exécution au Festival International de Harpe au Paraguay.

En 2013, est présenté la Sonate pour saxophone et piano au Stages Internationaux de Saxophone de Fermo.

En 2014, il compose la pièce Primo graffito sull’anfora sur commande du Concours International de harpe “M. Tourniér”, par lequel il est à nouveau engagé pour la composition de la pièce imposée dans la catégorie prédominante.

Sa musique symphonique ainsi que ses performances avec orchestre ont été dirigées par des chefs comme Carlos Piantini, Nicola Hansalick Samale, Giorgio Proietti, Fabio Mastrangelo, Elena Casella, Renato Piemontese, Lorenzo Castriota Skanderbeg, Filippo Zigante, Umberto Bruno, Donato Sivo, Carmelo Caruso entre autres.
Sa musique a été dédiée et éxécutée par des solistes comme Luisa Prandina, Mario Ancillotti, Carlo Boccadoro, Angel Padilla, Andrea Rebaudengo, Salvatore Lombardi, Piero Massa, Patrizia Radici, Nello Alessi, Domenico Ciallella, Lucia Clementi, Livio de Luca, Raul Moretti, Massimo Severino, Fabiola Nencini, Piero Viti, Simona Padula, Paloma Tironi, et des formations orchestrales ou ensembles de musique de chambre comme le “Manitoba Chamber Orchestra”, le “FIU Orchestra” de Miami, l’”Alaria Ensemble” de New York, le “Concerto delle Dame” de Brescia, “I Virtuosi” de Toronto, l’”Orchestra della Grande Accademia” de Rome, l’”Orchestra Lirico-Sinfonica” du Théâtre Rendano, l’Orchestre “Gli Armonici” de Palerme, l’Orchestre “U.Giordano” de la Province de Foggia, le “Nuova Orchestra Scarlatti” de Naples, le “Quartetto Philarmonia” de Rome, le “Cherubino Flute Ensemble”, le “Balarm Sax Quatuor”, le “Trio Gaubert” entre autres.
Ses oeuvres vocales ont été chantées par Sara Allegretta, Rosalba Colosimo, Giovanni Guarino, Daniela Del Monaco, Roberta Andalò, Antonio Sarnelli de Silva, Anna Vandi Gaggiotti, Pino Coluzzi entre autres.
Dans le cadre de ses travaux pour le théâtre en prose et en musique, il a collaboré avec des artistes comme Giorgio Albertazzi, Roberto De Simone, Lina Sastri, Giancarlo Cauteruccio, Dante De Rose, Francesco Marino, Sara Alzetta, Giovanni Battista Bilo, Nicola Fiore, Sigfrido Hobel, Pino Michienzi, Augusto Zucchi, Angela Pagano…

Ses performances en public on été retransmises et enregistrée par la radio et la télévision pour la RAI et autres chaînes nationales. Ses oeuvres on été enregistrées sur CD pour les labels BMG RICORDI, Pentaphon, Sterling en tant que pianiste et compositeur. Ses compositions ont été publiées par les maisons d’édition: B.& W. Italia, Berbén, Pentaphon, Preludio Music et Sonzogno.

Il a développé une activité intense de concertiste en Italie et à l’étranger, en tant que soliste, chambriste et chef d’orchestre. Il a consacré beaucoup d’attention pour les compositions de musique de chambre en tant que compositeur, mais aussi en tant qu’interprète en les jouant avec des artistes reconnus comme Mark Drobinskij, Alessandro Specchi, Pier Narciso Masi, Salvatore Altobelli, qui ont obtenus diverses reconnaissances prestigieuses sur le plan national et international.

Ses maîtres pour la composition ont été Luciano Tomei pour l’harmonie et pour le contrepoint et Francesco d’Avalos avec qui il a brillamment achevé ses études en remportant le Prix “Terenzio Gargiulo” décerné au meilleur diplômé de sa promotion académique. Il a obtenu son diplôme de Piano avec le maximum de points et les éloges du Conservatoire de Naples qu’il a fréquenté dans la classe de Marisa Carretta. Il a suivi les cours de Direction d’Orchestre avec les Maîtres Francesco D’Avalos et Roberto Manfredini en perfectionant ses études avec Renato Piemontese. Il a également suivit des études à l’Ecole des Beaux Arts en complément à ses études musicales.

Il a collaboré et a tenu des conférences pour l’Université de Cassino, de Reggio Calabre et en Floride pour l’Université Internationale de Miami, USA. Il a occupé le poste de professeur de composition au Conservatoire de Reggio Calabre, d’Avellino et de Trapani et le poste de professeur d’harmonie et de contrepoint au Conservatoire de Palerme. Il enseigne actuellement la Composition au Conservatoire “S. Di Giacomantonio” de Cosenza.

Ses projets dans un futur proche sont concentrés sur l’écriture d’un concerto pour flûte ainsi qu’un enregistrement d’un concept du nom de “Textures” qui représente plusieurs pièces de musique de chambre pour harpe et ou les couleurs sont couplées à différents instruments qui jouent en duo avec la harpe.

Il vient d’achever récemment son deuxième concerto pour piano (2015) qui est présenté en Première Exécution Mondiale par Clavis Production dans les projets Coup de coeur.

A propos de Bright cyan textures
(…) d’un tout autre ordre esthétique les autres passages excutés: Bright Cyan Textures, de Vincenzo Palermo, en première exécution mondiale, à la fin de la première partie, qui ne rappelle surement pas de la musique de salon, mais à des atmosphères archaïques indéfinies, aux héritages de civilisations musicales modales transfigurées par un langage émancipé de manière moderne.

Santi Calabrò

La Gazzetta del Sud

A propos de Bright cyan textures
(…) la première partie s’est terminé avec la première exécution mondiale de « Bright cyan textures », composition remarquable aux sonorités rares et oniriques de Vincenzo Palermo.

Claudia Aliotta

Il corriere del Mezzogiorno

A propos de la Sonate pour saxophone et piano
(…) La sonate de Vincenzo Palermo (1967) convainc pour sa qualité d’écriture, pour son élégance, et par moment étonnante à l’écoute de ses éclairs de lumière, ses sauts soudains, son élan pour un goût romantique tardif avec un contrepoint étroitement lié entre la partie du soliste et le piano qui parfois prend le dessus en attendant que le premier reprenne le premier rôle.

Massimo Botter

Revue Musica d'avril 2015

A propos de la Sonate pour saxophone et piano
(…) Le Chant et la verve rythmique remarquable pour cette Sonate, et une capacité à rester en équilibre, sans entrer dans une complication excessive et abscons mais pas non plus en se rabaissant à une simplification espiègle
(…); « Moyenne Virtus», comme disaient les anciens à bon escient, cette Sonate est un intermédiaire entre la communication et la sophistication.

Luca Ciammarughi

Radio Classica (TopTen du 26/10/15)

A propos du Concerto pour piano n.1
(…) une véritable surprise, par contre, la réussite de la première exécution mondiale du Concerto pour piano et orchestre du jeune compositeur Vincenzo Palermo. L’auteur à l’instrument soliste. Une écriture originale bien agencée également innervée de références discordantes, est apparue constamment projetée vers une euphonie lumineuse et persuasive. En trois secondes, la leçon classique, les mouvements, structurés par une extrême cohérence et simplicité de motifs au bénéfice de toute une construction formelle unifiée. D’autre part, la technique pianistique est imprenable, très agile, jouée principalement sur des notes conjointes et dans le dernier mouvement se disloquent. Admirable également, l’orchestration et l’équilibre entre les Tutti de l’orchestre et le Solo. Le piano, totalement épuré de virtuosités stériles, se meut avec une désinvolture parfaite.

Paola De Simone

Roma

A propos de Tunes to Stars
(…) une très belle page composée par Vincenzo Palermo, jeune auteur napolitain doué d’un talent de composition et d’une sensibilité musicale remarquable. Une oeuvre personnelle, riche de nouvelles idées symphoniques et faisant des rappels au minimalisme, qui caractérise des auteurs comme Philip Glass ou Michael Nyman..

Francesco Urbano

Rome

A propos de I Canti della Pace
(…) Joint tardivement, à cause de son jeune âge, au cercle des néo-romantiques, il a démontré en peu de temps de pouvoir soutenir les fondateurs de ce courant avec souplesse et compétence. Vincenzo Palermo part de son expérience pianistique (le piano est son instrument préféré), pour élargir ses frontières à la composition de pages d’originales combinaisons instrumentales et actuellement aussi pour choeur. C’est un vrai néo-romantique, dans le sens de donner priorité, peut-être du fait de ses origines napolitaines, au sentiment: mais il canalise ses mouvements “passionnels” dans une vision technique rationnelle, qui viennent d’une préférence minimaliste, à laquelle il confie le chant, joué sur peu de notes qui néanmoins varient et s’enrichissent de virtuosité chère aux premiers romantiques.
Avec le temps son style se dessine, jusqu’à se compléter par des oeuvres symphonique-chorales, avec des lignes plus contrôlées et synthétiques. Musicien marqué par une grande ouverture stylistique, il a cependant déjà donné des indications claires sur le choix de son propre chemin: et voilà la dernière production notamment “Canti della Pace”, (les “Chants de la Paix”), qui l’achemine vraiment vers sa voie, absolument originale, et surtout faisant partie du faible panel des jeunes générations de compositeurs italiens de premier plan.

Antonio Braga

L’Osservatore Romano

A propos d’ Ethereal Flames
(…) il décompose et recompose avec soin des éléments structurels simples, en réitérant et en enrichissant, au niveau instrumental, des images narratives définies. Le recours constant aux instruments à vent dans une fonction dramatique, est un signe d’une construction en rapport avec un certain répertoire romantique tardif, quoique repris à faible échelle, mais avec une finalité descriptive assez proche. Le tissu de l’oeuvre suit une trame rassurante en mettant constamment en évidence des références en fil conducteur. Aussi, le caractère cyclique de certains passages n’ont pas pour effet de fatiguer l’auditeur mais de clarifier les combinaisons auditives pour mieux les comprendre.

Stefano Valanzuolo

Il Mattino

A propose d’ Ethereal Flames
« Les flammes de ce poème symphonique ne brûlent pas mais elles caressent. Très élégant est le goût des couleurs orchestrales et le jeu contrapuntique. L’écriture, également dans les cellules répétitives, porte l’auditeur à une approche de l’hypnose sans être systématiquement minimaliste. Et la couleur qui lui est correllée n’est pas de la réitération. Cette “table musicale” a le mérite de ne pas renier d’anciens héritages et d’être, en même temps, absolument moderne.

Gianluigi Zampieri

Chef d'orchestre

A propos de la Come l’onde e le sirene
“Come l’onde e le sirene” est un poème de caractère nocturne, pièce à l’atmosphère rare où le lyrisme du dialogue entre les parties solistes du piano et de la harpe, presque comme un chant feutré de sirènes dans le lointain, alterne avec des paysages sonores délicats, cristallins dans lequel l’élément marin est évoqué en surface, dans le léger reflet des eaux qui, dans une vision de l’horizon idéal, se rencontrent avec le bleu du ciel.

Vincenzo Palermo

Autoanalyse

A propos de la Sonate pour piano n.2
Composée en 1997 après une longue phase de préparation d’une durée de presque deux ans, la Sonate n.2 (dédiées à Piero Ostali), est une page aussi bien lumineure qu’empreinte de difficultés d’exécution inaccessible. Elle est confiée à la virtuosité de Rodolfo Rubino dans le cadre du célèbre auditorium “Maison de la Musique” de Consenza où on l’a joué pour la première fois; lui-même héritier de la glorieuse école de piano napolitaine en qui résulte déjà une exécution protagoniste et figure parmi les célèbres pages brillantes du répertoire pianistique comme l’intégrale des 12 Etudes Transcendantes de Liszt et Islamey de Balakirev. De forme cyclique, la pièce se compose de deux unités harmonique-motiviques, exposées dès le début, mises dans une intéraction harmonique constante par parallélismes synergiques et sont fait pour définir deux plans modaux superposés, mais toujours bien distincts. Il en résulte une tension harmonique qui imprègne l’entièreté du travail, dans lequel émerge l’emploi de techniques de composition distinctifs de l’auteur: le minimalisme et l’emploi du “sérialisme” aussi bien comme clé modale que son utilisation dans le contexte de la structure entière.

Vincenzo Palermo

Autoanalyse

| Son catalogue

Compositions pour Orchestre

1. ■Ihcra rep otrecnoc – Concerto pour cordes n°1 (1991)
2. ■Antique Rites – Ouverture pour orchestre (1995)
3. ■Tunes to stars – pour orchestre (1996)
4. ■Variazioni Napolitane – pour orchestre (1996)
5. ■Ethereal Flames – pour orchestre (1997)
6. ■Fontane d’aria – Concerto pour cordes n°2 (1998)
7. ■Preludio Aureo – pour orchestre (2009)

Compositions pour instruments solistes et Orchestre

1. ■Concerto pour piano et orchestre n°1 (1992)
2. ■Concerto pour violon et orchestre (1993)
3. ■Suite Frigia pour piano et orchestre à cordes (1993)
4. ■Canzonetta n°2 pour violon, violoncelle et orchestre à cordes (1993)
5. ■Fantasia Boreale pour piano et orchestre (1995)
6. ■Canzonetta n°3 pour violon et orchestre à cordes (1995)
7. ■Canzonetta n°4 pour flûte, violon et orchestre à cordes (1996)
8. ■Concerto pour flûte et orchestre (1999)

Oeuvres lyriques

1. ■Raimondo De Sangro – opera in en trois actes sur un livret de Giovanni Battista Bilo (1995)
2. ■Sibilla – opera en un acte sur un livret de Sigfrido Hobel (2001)

Théâtre musical

1. ■Orfeo, Euridice de Rocco Familiari, ed. 2001 – mise en scène par Augusto Zucchi (2001)
2. ■Caro Eduardo de Nicola Fiore ed. 2003 (2003)
3. ■I Canti delle Pietre sur une idée de Giancarlo Cauteruccio (2007)
4. ■Davide e il lupo de Francesco Marino (2008)
5. ■Le montagne che camminano, opéra-musical pour enfants sur un text de Assunta Morrone (2014)

Ballets

1. ■A dance on the ground pour ensemble (2000)

Compositions de musique de chambre

1. ■Canzonetta n°1 pour violon et piano (1987)
2. ■Introduzione e allegro pour violon, clarinette et piano (1988)
3. ■Quartetto pour cordes (1989)
4. ■Eteriale pour flûte et piano (1991)
5. ■Forse l’amore – trois lieder pour soprano et piano (1992)
6. ■Quartetto pour cordes n°2 (1993)
7. ■Trio pour violon, violoncelle et piano (1994)
8. ■Divertimento pour ensemble de fûtes (1994)
9. ■Canzonetta n°3 pour violon et piano (1994)
10. ■Rounds pour alto, violon et violoncelle (1995)
11. ■Corale pour quatuor de flûtes (1995)
12. ■A Song of Liberty pour harpe et piano (1996)
13. ■Pink Song pour quatuor de saxophone (1996)
14. ■Seagull Tale pour clarinette, alto et piano (1996)
15. ■Brown Textures pour piano et harpe (1997)
16. ■Fluto overdrive pour deux flûtes et piano (1997)
17. ■Sonata pour alto et piano (1997)
18. ■In dio sperate cantate pour contralto et piano (1997)
19. ■Blue Textures pour clarinette et harpe (1998)
20. ■Sonata pour clarinette et piano (1998)
21. ■Bright Cyan Textures pour flûte harpe (1998)
22. ■Tre canti di Euridice pour soprano, violoncelle et piano (2000)
23. ■Indigo Textures pour guitare et harpe (2001)
24. ■In the early morphings pour flûte, guitare, violon et violoncelle (2002)
25. ■Le quattrocento e più porte, pour voix récitante, piano et quatuor à cordes (2003)
26. ■Triplo Sogno pour ensemble de percussions et contrebasse (2004)
27. ■Quartetto à cordes n°3 (2005)
28. ■Linea diversa pour quatuor de harpes (2007)
29. ■Corale Sarabandato pour trio de harpes (2007)
30. ■Sonata pour saxophone et piano (2013)
31. ■Danza degli stormi pour ensemble de flûtes (2014)
32. ■Come l’onde e le sirene pour piano et quatuor de harpes (2015)

Compositions pour voix, choeur et orchestre ou instruments

1. ■Frammenti del Tempo pour voix et piano ou orchestre à cordes(1994)
2. ■I canti della pace pour tenor, baryton, choeur de femmes et orchestre (1995-2001)
3. ■La cantata dei naufraghi pour soprano, mezzosoprano, choeur de femmes et harpe (1996)
4. ■The sacred tree pour soprano et petit orchestre
5. ■Easy Rendering Summertime pour soprano et orchestre (1998)
6. ■Ultime parole di Eleonora pour soprano et ensemble (1999)
7. ■Luce Christi pour soprano, mezzosoprano et orchestre à cordes (2002)
8. ■I corali dei lunghi percorsi pour choeur, synthétiseur et orchestre à cordes (2005)
9. ■Ode a Natuzza pour soprano, clarinette et orchestre à cordes (2015)

Musique pour piano

1. ■Cinque piccoli pezzi (1987)
2. ■Tema e variazioni (1988)
3. ■Sonata n°1 (1989)
4. ■Notturno (1992)
5. ■Notturno n°2 (1993)
6. ■Notturno n°3 (1994)
7. ■Sonata n°2 (1997)
8. ■Notturno n°4 (1998)
9. ■Gli studi del continuo – cinq études pour piano (2006)

Musique pour harpe

1. ■L’arpa di Ermete (2012)
2. ■Primo graffito sull’anfora (2014)

| Sa discographie

Sonate pour saxophone et piano

copertina
I DISCHI DEL MEM: Giovanni De Luca Francesco Silvestri
CD Preludio/ Preludiomusic / 74321457522

A song of liberty pour piano et harpe

cd_harp_and_piano
HARPE & PIANO: Luisa Prandina, Anna Mortara
CD Ten for Two / BMG Ricordi / 74321457522

Suite frigia pour piano et orchestre à cordes

CDS060
Canzonetta n.2
pour violon, violoncelle et orchestre à cordes
Lorenzo Castriota Skanderbeg, direction | Vincenzo Palermo, piano | Pasquale Prisco, violon | Aurelio Bertucci , violoncelle
CD I Novi Musici / Pentaphon / CDS060

Danzastasi pour violon et piano

CDS055
Canzonetta n.1
pour violon et piano
Vincenzo Palermo, piano | David Romano, violon
CD Farace Castriota Palermo / Pentaphon / CDS055

| Ses éditeurs

Sonzogno

A song of liberty pour harpe et piano
Antique rites pour orchestre de chambre
Canzonetta n° 3 pour violon et piano
Concerto pour cordes
Concerto pour piano et orchestre
Divertimento pour flûtes
Fantasia Boreale pour piano et orchestre de chambre
Frammenti del tempo pour tenor ou soprano et piano
I canti della pace pour tenor, baryton, chœur de femmes et orchestre
Notturno n° 2 pour piano
Notturno n° 3 pour piano
Notturno n° 4 pour piano
Pink Song pour quatuor de saxophones
Quartetto n° 2 pour cordes
Rounds pour quatuor de violoncelles
Seagull tale pour clarinette, alto et piano
Seagull tale pour violon ou alto, violoncelle et piano
Sonate n° 2 pour piano
Trio pour violon, violoncelle et piano
Tunes to Stars pour petit orchestre
Variazioni napolitane pour orchestre de chambre

Editions Sonzogno
Berben

Tema e variazioni
Corale per quartetto di flauti

Editions Berben
Preludiomusic

Primo graffito sull’anfora (2014)
Sonata (2013)
L’Arpa di Ermete (2012)

Editions Preludiomusic